Le cœur et la raison

Le Cœur ;
Écoute mon amie
Écoute ce que j’ai à te dire
Tu sais ! l’amour parfume la vie
Il te sourit et dessine sur ton visage le sourire

La Raison ;
Dis! Mon bel ami
Toi qui parfois me sourit
Ne pense-tu pas que je meurs ici
Que mes jours se sont noircis

Dis! Mon bel ami
Pourquoi tout est compliqué ?
Je suis si passionné
Que je ne sais plus où j’en suis !
Je vais te dire Mon bel ami
Il faudrait que je tourne la page

Le cœur ;
Mais j’ai si peur que je fuis
J’ai tant envie de faire un autre voyage…

Si le coeur a ses raisons que la raison ne connaît pas, c’est que celle-ci est moins raisonnable que notre coeur. Le coeur a ses raisons, que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses.

Heart and Reason

The Heart ;
Listen to my friend
Listen to what I have to tell you
You know! Love perfumes life
He smiles at you and draws a smile on your face

The Reason ;
Say! My beautiful friend
You who sometimes smile at me
Don’t you think I’m dying here
That my days have darkened

Say! My handsome friend
Why is everything complicated?
I am so passionate
I’m so confused!
I will tell you My beautiful friend
I would have to turn the page

The heart ;
But I’m so afraid that I’m running away…
I so much want to make another trip…

If the heart has its reasons that reason does not know, it is because reason is less reasonable than our heart. The heart has its reasons, which reason does not know; we know this in a thousand things.

Sofiane h

Ses yeux

Je me noyé comme aspiré, perdu dans l’infini
Où il n’y a ni frontière, ni égard
Ni obstacle, ni bruit, ni même un peu de vie
Le vide ? non, juste l’Univers dans son regard.

De son sourire se dessine un monde
Sans porte ni clé, mais difficile d’accès
D’un battement de paupière, elle m’inonde
Je me laisser envahir, mon cœur voyager

Résister ! Non ! Naufragé, et nagé libre
La Terre a disparu, les vagues s’amoindrissent
Tout mon être est conquis, jusqu’à la moindre fibre
Les yeux m’ont soumis, que Dieu les bénissent.

Existe-t-il plus beau paradis en ces lieux ?
Je me suis déjà senti aussi heureux ?
Il est poin de question, mon existence est vaine
Je mourrai dans ces yeux, de peur qu’on me retienne

Her eyes

I drowned as if sucked in, lost in infinity.
Where there are no borders, no consideration
No obstacles, no noise, not even a bit of life
Emptiness? No, just the Universe in her eyes.

From her smile, a world takes shape
Without door or key, but difficult to access
With a flutter of her eyelid, she floods me
I let myself be overwhelmed, my heart travels

Resist! No! Shipwrecked, and swam free
The Earth has disappeared, the waves are diminishing
My whole being is conquered, down to the smallest fibre.
The eyes submitted me, may God bless them.

Is there a more beautiful paradise in this place?
Have I ever felt so happy?
There is no question, my existence is in vain.
I will die in these eyes, lest I be held back…

Sofiane h

Tes yeux, mes yeux

Toi qui me connaissais si bien,
Un regard te suffisait et tu comprends
Ce que je ne veux pas dire
Ce qui me fait rire, ce qui me fait souffrir
Je n’ai jamais redouté ces moments
Je n’avais plus durant un certain temps
Ma liberté de pensées…
Mes yeux, tu les as toujours croisés
Comme pour pouvoir mieux les apprivoiser
Me découvrir…
J’appréciais cette façon de me laisser dévoiler, me délivrer…
Me mettre à nu devant toi était une belle sensation
J’aimais tes yeux dans mes yeux

Your eyes, my eyes

You who knew me so well,
One look was enough for you and you understand
What I don’t want to say
What makes me laugh, what makes me suffer
I have never dreaded these moments
For a while I had no more
My freedom of thought…
My eyes, you have always crossed them
As if to be able to tame them better
Discover me…
I appreciated this way of letting myself be revealed, of letting myself be delivered…
To be naked in front of you was a beautiful feeling…
I loved your eyes in my eyes

Sofiane h

La nuit

En silence la nuit arrive sur mes rives, mon cœur s’ouvre à elle et cherche ses frontières, une nuit comme les autres…. Une nuit de veille, esseulé avec les ombres qui se jettent sur moi, qui me prennent dans leurs bras, elles semblent avec les murs les seules à me reconnaître. Ainsi fuient mes heures sans m’apporter de bonheur jusqu’à ce que l’aube rassemble toutes ses forces, pour réveiller le soleil.

Silently the night arrives on my shores, my heart opens to it and looks for its borders, a night like any other…. A night of vigil, lonely with the shadows that throw themselves on me, that take me in their arms, they seem to be with the walls.
The only ones who recognize me. Thus flee my hours without bringing me happiness until the dawn gathers all its forces, to wake the sun.

Sofiane h

Vœu

Nous étions seuls tous les deux… 

Nous avons formulées le même vœu… 

Chacun de son côté… en silence… 

Les étoiles étaient témoins et nos âmes présentes. 

C’était au printemps 2017

Wish

We were both alone… 
We have made the same wish… 
Each in his own way… in silence… 
The stars were witnesses and our souls were present. 

That was in the spring of 2017

Sofiane h

Encore et encore

Oui, je vais encore et encore parler d’elle
On ne fait pas de la folie un don pour soi, ou un don du ciel
Si je devais avoir ce don de folie, je dirais que je suis fou d’amour passionnel
Pour qui j’écris avec l’essence de mon âme et l’encre de mon coeur: pour elle

Parfois il suffit d’une petite chose pour chambouler bien des équilibres
Son regard des plus profonds est devenu le précipice de ma chute
Un grand tout que rien n’explique et c’est mon âme qui vibre
Au silence de son sourire bien plus puissant qu’un uppercut

Quand je la regardai j’avais le souffle coupé, les yeux rivés, complètement désarmé
Dans ce braquage émotionnel où nous sommes tous deux otages
Victimes d’une irrationnelle évidence au magnétisme instantané
Foudroyés par sa lumière, un éclair qui transperce le cœur en plein orage

Pour cette plongée en apnée, de l’oxygène pur, grisant et enivrant
Une décharge de douceur vierge et violente, immaculée de sens,
Remplit mon être d’un soleil qui perdure, je perds la notion du tant
Alors que tout se chamboule à l’intérieur, je rêve de quintessence…

Tout m’attire en elle, tout m’inspire… Comment expliquer ça !
Sa Grâce sublime, sa beauté irréelle, son aura qui l’illumine,
Pourquoi ce déchainement des éléments qui grondent ici et là
Quand bouge les piliers de mes fondamentaux, devant elle je m’incline…

Mille et une questions vagabondent dans mon esprit
Comment justifier qu’un regard, un sourire à eux seuls
Deviennent incontournables d’une telle vérité, alchimie
Des signes, des envies, des mots; je souris et fais mon deuil.

Pourquoi ces pensées omni pressantes envers elle, cette émotion à fleur de peau?
Ces images que l’on connaît par cœur d’un conte de fées, où domine le blanc
Est-ce notre capacité à percer l’invisible, cette aptitude à voir le beau ?
Le pourquoi du comment reste un mystère qui dépasse l’entendement…

Mais je ne veux et ne peut ignorer ce qu’il s’est passé
Elle était là! ma vision à la fois si proche mais inaccessible…
Ce que je vois au fond du cœur dans l’oasis de mes pensées
Est tout sauf un mirage mais bien une femme irrésistible…

Je t’aime MA LUNE, et mon amour pour toi est éternel.

Sofiane h

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer